Autres

la Vie des Réseaux  > Autres > Focus sur le matériel de détection de réseaux

Focus sur le matériel de détection de réseaux

Le 10 février 2014

envoyer imprimer

Le sous-sol français abonde de réseaux souterrains. Pour éviter les risques d’endommagement, les maîtres d’ouvrage peuvent procéder à des détections avant creusement.


Focus sur le matériel de détection de réseaux

Partie 1 Un marché boosté par des contraintes réglementaires et techniques
Partie 2 La méthode électromagnétique
Partie 3 La méthode par sonde
Partie 4 La méthode de géodétection
Partie 5 La méthode acoustique
Partie 6 Vers une détection toujours plus performante

Depuis l’entrée en vigueur du décret DT-DICT le 1er juillet 2012, les exploitants de réseaux doivent enregistrer leurs ouvrages sur le site du guichet unique. Lorsque les données sont trop imprécises, le maître d'ouvrage réalise des investigations complémentaires obligatoires. Face à cette évolution de réglementation et pour les assister dans cette lourde tâche, des entreprises se sont spécialisées dans la détection de réseaux souterrains. « Le marché est dynamique et en forte croissance depuis trois ans », se réjouit Marc Reverdy, directeur commercial de Radiodetection France. « Les grands concessionnaires de réseaux ont précisé leurs plans avant 2012. Aujourd’hui, nous répondons aux sollicitations des entreprises de travaux publics, des distributeurs d’eau et de gaz, des producteurs ou transporteurs de pétrole, des collectivités territoriales et des sociétés privées », ajoute Julien Barre, responsable de la gamme détection de réseaux chez T.D. Williamson France. Selon le type de canalisation à détecter et la typologie du terrain, ces spécialistes ont recours à différentes méthodes. « Nous avons développé une large offre de produits afin d’apporter des réponses techniques à chaque situation, explique Marc Reverdy. En fonction des besoins, nous orientons nos clients vers l’achat ou la location du matériel. »


remonter Remonter