Autres

la Vie des Réseaux  > Autres > Le remblayage-compactage des tranchées : une opération pas si anodine

Le remblayage-compactage des tranchées : une opération pas si anodine

Le 04 novembre 2013

envoyer imprimer

Remblayer et compacter une tranchée doit clore un chantier. La réalisation de cette double opération a bien évolué, mais se trouve encore fortement sous-estimée par certains maîtres d’œuvre.


Le remblayage-compactage des tranchées : une opération pas si anodine

Partie 1 Opération essentielle
Partie 2 Des techniques différentes
Partie 3 Les auto-compactants se démocratisent
Partie 4 Des contrôles imposés
Partie 5 Ne pas rechigner sur la qualité

Bon nombre d’automobilistes ont déjà été confrontés à ces tranchées ou à ces trous mal rebouchés. C’est une plaie pour les pneus et les suspensions de voiture, mais aussi pour les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre. Avec la crise, certains rechignent à mener ces deux opérations correctement à terme. « Si les remblais ne sont pas bien compactés, on peut imaginer le problème. C’est la partie la plus contraignante » du chantier, explique Pierre Brockly, délégué régional pour la Lorraine des Canalisateurs de France. C’est une opération dont l’importance se révèle pourtant insoupçonnée. Dernière mise en œuvre sur un chantier lorsqu’une tranchée a été ouverte, elle requiert soit des hommes et du matériel, soit un matériau qui puisse reboucher le trou tout en laissant la possibilité de pouvoir intervenir à l’avenir. Le remblaiement et le compactage arrivent juste avant la pose des enrobés. Avec l’arrivée de matériaux auto-compactants, ces deux opérations ont beaucoup évolué au cours des quinze dernières années. Les normes et les contrôles sont aussi de plus en plus rigoureux.


remonter Remonter