Autres

la Vie des Réseaux  > Autres > Les SIG appliqués aux réseaux

Les SIG appliqués aux réseaux

Le 15 octobre 2012

envoyer imprimer

La nouvelle réglementation anti-endommagement des réseaux (DT-DICT) implique que les différents acteurs aient une vision très précise de la localisation de ceux-ci. Pour répondre à cette exigence, les systèmes d'information géographiques (SIG) pourraient bien devenir incontournables.


Les SIG appliqués aux réseaux

Partie 1 Qu'est-ce qu'un SIG ?
Partie 2 Quels sont les principaux SIG ?
Partie 3 Combien coûte un SIG ?
Partie 4 Sont-ils compatibles entre eux ?
Partie 5 Quel est l'impact de la nouvelle réglementation ?

Un système d'information géographique (SIG) est une suite logicielle (déclinable en version bureau, serveur, nomade ou web) permettant de représenter toutes sortes de données de manière géographique. Elle permet la recherche, la création, la gestion, la visualisation, l'analyse de données géographiques. Le SIG offrent toutes les possibilités des bases de données, comme la formulation de requête ou l'analyse statistique, en présentant les résultats sur un fond de carte. Un SIG est ainsi composé de référentiels géographiques (cartes IGN, images satellites, etc.) auxquels se superposent des données métiers (cadastre, réseaux souterrains, éclairage public, espaces verts, etc.).
Les SIG sont utilisés par tous : collectivités, entreprises, administrations, écoles, etc. « Un SIG, ce n'est pas juste un logiciel, pointe toutefois Yves Riallant, délégué général de l'Association française pour l'information géographique (Afigéo). Ce sont d'abord des données structurées, des outils pour pouvoir les manipuler et enfin des personnes ayant les compétences pour actualiser ces données et les exploiter. » En effet, les interventions sur les réseaux étant fréquentes, si les modifications ne sont pas entrées dans le système, le SIG risque de ne plus être en phase avec la réalité sur le terrain.


remonter Remonter