Autres

la Vie des Réseaux  > Autres > Travaux publics : la simplification par la sophistication

Travaux publics : la simplification par la sophistication

Le 08 avril 2013

envoyer imprimer

Aujourd’hui, les entreprises de travaux publics bénéficient d’engins de plus en plus sophistiqués pour réaliser leurs opérations. Avec des réseaux de plus en plus compliqués et étalés, ces matériels facilitent la vie des entreprises du BTP.


Travaux publics : la simplification par la sophistication

Partie 1 Les trancheuses et micro-trancheuses
Partie 2 Les marteaux-piqueurs
Partie 3 Les aspiratrices-excavatrices
Partie 4 Les machines à déshydrater les boues

Elles sont trop peu utilisées aujourd’hui. La société SA Marais est spécialisée dans la fabrication de tels engins. Elles permettent de nombreuses opérations pour les entreprises spécialisées dans la pose de réseaux. « La machine ouvre la tranchée et déblaie », simplifie Edouard Dugas, directeur de l’entreprise, qui vend aujourd’hui des engins de ce type partout dans le monde. Ainsi, le camion Cleanfast, l’un des modèles les plus vendus, est doté d’une roue dentelée qui creuse jusqu’à 50 cm de profondeur et peut enchaîner 350 mètres de linéaire en une journée. « Nous n’avons pas besoin de porte-engin puisqu’elle roule. Elle a surtout été conçue pour les milieux urbains », précise-t-il. D’autres modèles plus lourds ou plus légers permettent à l’entreprise de toucher toutes les entreprises de BTP, y compris la réalisation de tranchées lors de la construction d’autoroutes. La plus petite machine de la gamme, appelée Side Cut, est radiocommandée. Comme les autres, elle est louée avec un chauffeur spécialisé. Vendue en Suède, au Kurdistan Iraquien, en Italie ou encore en Colombie, elle facilite la pose de réseaux sur le trottoir. Dotée d’un bras articulé équipé d’une roue avec des dents en carbure de tungstène, elle est conçue pour le fiber to the home (FTTH). C’est d’ailleurs l’axe de développement de l’entreprise. « Le marché a été plutôt calme ces deux dernières années car nous faisons essentiellement de la fibre. Mais avec le plan France très haut débit étale entre 2014 et 2017 cela va repartir très, très fort », assure Edouard Dugas.


remonter Remonter