Eau

la Vie des Réseaux  > Eau > Accès à l’eau potable et à l’assainissement, constat, enjeux et objectifs

Accès à l’eau potable et à l’assainissement, constat, enjeux et objectifs

Le 06 octobre 2010

envoyer imprimer

Environ 884 millions de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable et plus de 2,6 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement de base en 2010 (selon l’Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 64/292.


Accès à l’eau potable et à l’assainissement, constat, enjeux et objectifs

Partie 1 Accès à l’eau potable et à l’assainissement, état des lieux
Partie 2 Le point de vue de la France
Partie 3 Le droit à l’eau et à l’assainissement, la Résolution A/RES/64/292
Partie 4 Qu'est ce que l'OMD - Objectif du Millénaire pour le Développement
Partie 5 Focus sur l'objectif 7C : Accès à l'eau potable



Environ 884 millions de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable et plus de 2,6 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement de base en 2010 (selon l’Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 64/292, voir ci-dessous).


La garantie de l’accès à l’eau potable est une des cibles des Objectifs du millénaire pour le développement. Il s’agit de l’objectif 7.C :
« Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base » .


Le 28 juillet 2010, une résolution reconnaissant un droit à l’accès à une eau potable salubre et propre a été adoptée à l’Assemblée Générale. Le texte (A/RES/64/292) a reçu le vote favorable de 122 pays, dont la France. 41 se sont abstenus et aucun Etat ne s’y est opposé. Cette résolution reconnait le droit à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement comme un droit de l’Homme essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’Homme.


Elle place les Etats et les organisations internationales comme garants de ce droit et insiste sur la coopération et l’assistance internationales.


Enfin, la résolution salue la décision du Conseil des droits de l’Homme qui prévoit un rapport annuel à l’Assemblée générale par l’experte indépendante du Conseil des droits de l’Homme.


remonter Remonter