Eau

la Vie des Réseaux  > Eau > Les fuites d’eau soulignent la vétusté du réseau français

Les fuites d’eau soulignent la vétusté du réseau français

Le 25 février 2013

envoyer imprimer

En France, l’Etat estime les pertes dues aux fuites d’eau sur le réseau à environ 25 %. Les gestionnaires ont mis en place une politique ciblée pour détecter et réparer ce coût supplémentaire.


Les fuites d’eau soulignent la vétusté du réseau français

Partie 1 De plus en plus de pertes
Partie 2 Une gestion plus « intelligente »
Partie 3 Des appareils d’auscultation au gaz traceur
Partie 4 Optimiser le réseau

Un litre d’eau sur quatre perdu. Ce chiffre ressort des constats du ministère de l’Environnement. L’Etat fait tout aujourd’hui pour lutter contre ces pertes. Elles entraînent un affaiblissement du rendement. Globalement, d’après le ministère, les pertes dues aux fuites d’eau se chiffrent à environ 20 %. Mais sur certaines zones, elles atteignent 40 %. Sur les six milliards de mètre cube prélevés chaque année par les différentes collectivités et dont les gestionnaires de réseau doivent s’occuper, ces chiffres commencent à interpeller. Ces fuites sont grandement dues à un réseau vieillissant. Les quelques 856 000 km de réseaux sont âgés. Certains atteignent la centaine d’années dans les centres-ville comme celui de Paris. « Au terme d’un siècle de travaux et d’investissements coûteux, la connaissance de l’état du patrimoine ainsi que son renouvellement sont devenus un enjeu majeur », est-il indiqué sur le site Internet du ministère. Avec le Grenelle de l’environnement, il est désormais question de s’atteler à une diminution des pertes dues aux fuites d’eau. Incitation et participation financière à la réalisation des inventaires de réseaux, aide à la réalisation de diagnostic ou encore définition des pertes admissibles selon les caractéristiques et la nature de la ressource en eau doivent aider les gestionnaires à agir au mieux des intérêts des collectivités.


remonter Remonter