Eau

la Vie des Réseaux  > Eau > Mobilisation générale pour la qualité des réseaux d’assainissement

Mobilisation générale pour la qualité des réseaux d’assainissement

Le 19 juillet 2011

envoyer imprimer

La deuxième charte nationale pour la qualité des réseaux d’assainissement a été signée fin mai, dans le cadre du salon Hydrogaia à Montpellier. Retour sur les bénéfices de cette démarche avec Michel Benedetti et David Ripoll, respectivement président et chargé de mission de la charte Languedoc-Roussillon.


Mobilisation générale pour la qualité des réseaux d’assainissement

Partie 1 Une charte des bonnes pratiques
Partie 2 Un animateur pour sensibiliser les maîtres d’ouvrage et les élus
Partie 3 Des ouvrages pérennisés pour des économies assurées

En 2006, le groupe de travail de l’ASTEE (Association Scientifique et technique pour l’Eau et l’Environnement) avait rédigé la première charte nationale de qualité des réseaux d’assainissement, signée par 46 ministères, agences de l’eau, associations et syndicats professionnels. « La charte est un cadre de bonnes pratiques dans le domaine de la création et de la réhabilitation des réseaux d’assainissement. Elle fixe les étapes clés d’un chantier et le rôle des différents intervenants » , explique Michel Benedetti, président de la charte Languedoc-Roussillon.


Face aux évolutions techniques et réglementaires, telles que l’arrêté du 26 juin 2007 relatif aux modalités d’établissement des redevances pour pollution de l’eau et pour modernisation des réseaux de collecte ainsi que la loi Grenelle II, une mise à jour de la charte s’imposait. Quelque 220 participants se sont donc réunis fin mai au salon Hydrogaia de Montpellier pour échanger autour de la charte qualité et signer sa deuxième version. « Cette rencontre a permis d’échanger sur la poursuite des actions et l’amélioration des pratiques » , précise David Ripoll. L’étude sur le « Vieillissement des réseaux dans le bassin Seine Normandie », l’évaluation de la politique qualité de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse ou encore le retour sur 15 ans des Chartes ont nourri les débats.



A cette occasion les acteurs politiques régionaux : Martin Guespereau, directeur de l'Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée et Corse, Claude Barral, conseiller général du Département de l'Hérault, Yves Pietrasanta, conseiller régional du Languedoc-Roussillon et vice-président des Eco-Maires, Louis Poujet, vice-président de l'Agglomération de Montpellier et président délégué de la commission Eau et Assainissement, Benoît Gillmann, président de Swelia, et Olivier Alexandre, président de l’ASTEE Languedoc-Roussillon, ont assuré leur soutien à la Charte Languedoc-Roussillon.


remonter Remonter