Eau

la Vie des Réseaux  > Eau > Prix des canalisations : Canalisateurs de France interroge Saint-Gobain PAM

Prix des canalisations : Canalisateurs de France interroge Saint-Gobain PAM

Le 18 mai 2011

envoyer imprimer

Pour expliquer la hausse du prix des canalisations, Patrick Galceran (Directeur Général Adjoint de Saint-Gobain PAM) et Pascal Farjot (Directeur Commercial France de Saint-Gobain PAM) répondent aux questions de Canalisateurs de France.


Prix des canalisations : Canalisateurs de France interroge Saint-Gobain PAM

Partie 1 Les entreprises de canalisations ont constaté une hausse des tarifs en juin 2010 de même qu’en janvier 2011. Pourquoi ces deux hausses successives ?
Partie 2 Les entreprises de canalisations ont en effet des difficultés à faire valoir cette hausse des prix auprès des maîtres d’ouvrages. Dans quelle mesure, Saint-Gobain PAM pourrait apporter son soutien aux entreprises dans leurs démarches ?

Réponse de Patrick Galceran, Directeur Général Adjoint de Saint-Gobain PAM :



Nous fabriquons nos systèmes de canalisation à partir de trois matériaux essentiels : le minerai de fer, la ferraille de récupération et le coke.
En 2010 nous avons dû faire face à une explosion du prix des matières premières à compter du 2ème trimestre : le prix du coke a doublé en un an et celui du minerai a doublé en trois mois.


Cette inflation sur les prix de nos matières de base, à laquelle nous sommes confrontés, s’explique par deux raisons :


• la formidable augmentation de la demande mondiale tirée par les pays émergents, la Chine en particulier,
• le changement de mode de fixation des prix du minerai de fer. Ce dernier était jusqu’en début 2010 défini dans le cadre d’un contrat tri-annuel avec notre fournisseur, ce qui avait pour conséquence un lissage des prix, il est désormais défini par référence au prix spot rendu en Chine. La conséquence a été une progression très forte et immédiate du prix d’achat.


Saint-Gobain PAM ne dispose pas de ressources propres de matières premières au sein de son activité industrielle. Nos coûts de production ont donc été directement et immédiatement impactés par l’évolution des cours mondiaux et cela dans des proportions importantes.
Nous étions donc contraints de répercuter ces augmentations dans les prix de vente de nos produits. Les augmentations tarifaires auxquelles nous avons procédé en juin 2010 n’ont pas été véritablement suivies d’effet, nos prix finals n’ont, en effet, pas progressé depuis cette date. Nous avons donc été amenés à faire paraître un nouveau tarif qui est entré en vigueur au début de cette année.


Nous avons tout à fait conscience des conséquences qu’une telle politique peut engendrer au sein de la profession des canalisateurs.
De même que nous avons su nous montrer solidaires au moment de signer l’accord dérogatoire à la LME, nous saurons être à l’écoute des adhérents de Canalisateurs de France afin de les accompagner dans leurs démarches d’explications auprès de leurs clients.


remonter Remonter