Electricité

la Vie des Réseaux  > Electricité > Gaseo Environnement transforme le biogaz en électricité

Gaseo Environnement transforme le biogaz en électricité

Le 28 novembre 2011

envoyer imprimer

L’entreprise savoyarde se positionne comme opérateur-investisseur dans des projets de valorisation de gaz de décharges.


Gaseo Environnement transforme le biogaz en électricité

Partie 1 Valoriser le gaz des sites d’enfouissement
Partie 2 Investissement moyen de 1,5 M€ pour un projet de valorisation

Xavier Joly et Paul Billen ont uni leurs compétences dans les services énergétiques pour créer il y a quelques mois la société Gaseo Environnement. Xavier Joly possède une dizaine d’années d’expérience acquise chez l’Allemand GAS Energietechnologie, spécialisée dans la valorisation des biogaz, tandis que Paul Billen a participé à l’optimisation de sites d’enfouissement partout dans le monde. Ces deux professionnels ont donc fait le choix d’allier leurs savoir-faire pour développer une activité de producteur d’électricité à partir de gaz de sites d’enfouissement. « Nous proposons aux exploitants de sites d’enfouissement de mettre le biogaz à notre disposition. Nous prenons en charge la conception, le financement et l’exploitation des installations de valorisation énergétique et nous injectons ensuite l’électricité produite sur le réseau contre une rémunération d’EDF. De notre côté, nous rémunérons l’exploitant de la décharge pour la mise à disposition du site » , explique Xavier Joly, président de Gaseo Environnement.


  


Pour mener à bien ce type de projets, Xavier Joly met en avant les atouts de Gaseo. « Nous avons une excellente compréhension des phénomènes liées à la fermentation. Nous savons exactement ce qui se passe à la source du gaz et nous sommes capables d’établir un diagnostic précis de production » , affirme-t-il. L’entreprise garantit également un taux de fonctionnement de l’installation de 80 % par an. Xavier Joly souligne aussi l’amélioration des conditions de gestion des sites d’enfouissement grâce à la valorisation des biogaz car la dégradation des déchets s’en trouve accélérée et les odeurs réduites. Dernier argument, et pas des moindres, la fiscalité. « Le captage du biogaz est obligatoire depuis 1997. En revanche, sa valorisation énergétique reste facultative, mais encouragée par les tarifs de rachat mis en place depuis 2006. En cas de non valorisation, le biogaz produit est brûlé en torchère mais lourdement taxé par la Taxe Générale sur les Activités Polluantes. Il existe un vrai mécanisme incitatif » , précise le président.


remonter Remonter