Electricité

la Vie des Réseaux  > Electricité > Le nucléaire, solution miracle pour le climat ? Pas vraiment...

Le nucléaire, solution miracle pour le climat ? Pas vraiment...

Le 28 octobre 2015

envoyer imprimer

Non seulement le nucléaire produit indirectement des gaz à effet de serre sur l'ensemble de son cycle de vie, mais surtout, le gain qu'il apporte par rapport à d'autres sources de production d'électricité diminue avec l'essor des énergies renouvelables, relèvent des ONG. Deux d'entre elles comptent d'ailleurs poursuivre EDF pour publicité mensongère.


Le nucléaire, solution miracle pour le climat ? Pas vraiment...

Partie 1 Le nucléaire, solution miracle pour le climat ?

Le nucléaire a beau tenter de surfer la vague de la COP 21 qui se tiendra à paris en décembre, il n'est pas pour autant la solution miracle pour lutter contre le changement climatique, soutient un rapport présenté mardi 27 octobre par plusieurs organisations non gouvernementales, qui accusent l'industrie nucléaire d'exagérer la contribution de l'atome dans ce domaine.


"L'industrie nucléaire surévalue systématiquement le rôle du nucléaire dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) en appliquant un double biais", affirme le document rédigé par le cabinet WISE-Paris et commandé notamment par le Réseau Sortir du nucléaire, le Réseau action climat, France Nature Environnement et Greenpeace.


"Le premier est de comptabiliser des émissions nulles ou quasiment nulles pour le nucléaire lui-même. Le second consiste à considérer que le nucléaire vient exclusivement en remplacement de centrales thermiques fossiles (...). Le kilowattheure que vient remplacer le nucléaire apparaît alors plus carboné qu'il ne l'est en réalité", souligne-t-il.


Des émissions quand même


Certes, comme le photovoltaïque et l'éolien, le nucléaire n'émet pas directement de CO2, admet le rapport. Cependant, il en produit indirectement sur l'ensemble de son cycle de vie, notamment lors de l'extraction de l'uranium et sa fabrication en combustible et lors de la construction et du démantèlement des réacteurs.


Si ces émissions de GES sont sans doute inférieures à celles des énergies fossiles comme le charbon ou le pétrole, "le gain apporté par la substitution du nucléaire à d'autres productions diminue à mesure que le 'mix' électrique hors nucléaire est lui-même de plus en plus 'décarboné', sous l'effet de centrales thermiques de plus en plus performantes, et de la montée des énergies renouvelables" ou encore de la maîtrise de la consommation d'électricité, assure le document.


80% de nucléaire dans l'électricité, et seulement 15% de baisse des émissions


Selon l'étude, les émissions évitées par le nucléaire atteignent aujourd'hui environ 1,5 milliard de tonnes dans le monde, soit un peu moins de 4% des émissions de CO2. Et en France, où le nucléaire assure jusqu'à 80% de la production d'électricité, les émissions de GES n'ont baissé que de 15% depuis le déploiement du parc nucléaire et restent quatre fois supérieures au niveau souhaitable, a souligné Yves Marignac, directeur de WISE-Paris, lors d'une conférence de presse.


Sans compter les torts le plus souvent mis en avant: les risques d'accidents - amplifiés d'ailleurs par le changement climatique même et les menaces terroristes - ainsi que de la prolifération militaire de l'atome, les problèmes de l'accumulation des déchets voire du démantèlement.


Le rapport remet enfin en cause la compétitivité des nouvelles technologies nucléaires, alors que les énergies renouvelables, dont les tarifs ont chuté, peuvent souvent être déployées plus rapidement et à moindre coût.


98% de l'électricité d'EDF produite sans CO2. Vraiment ?


Certaines des associations commanditaires de l'étude ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter à la phase de la dénonciation formelle. Le Réseau Sortir du nucléaire et France Nature Environnement ont notamment annoncé leur intention de poursuivre l'électricien français EDF en justice pour ses publicités sur sa production d'électricité décarbonée, qu'ils qualifient de "mensongères".


Le groupe, qui exploite les 19 centrales nucléaires françaises, dit en effet avoir produit 98% de son électricité sans émission de CO2 en 2014 et afficher 17 grammes de CO2 par kWh produit en France, "soit 20 fois moins que la moyenne européenne, qui est d'environ 300 grammes par kWh".


Source : www.latribune.fr avec AFP


remonter Remonter