Gaz

la Vie des Réseaux  > Gaz > La construction du gazoduc Eridan dans la vallée du Rhône autorisée

La construction du gazoduc Eridan dans la vallée du Rhône autorisée

Le 19 janvier 2015

envoyer imprimer

Le gouvernement vient de donner son feu vert à la société GRTgaz, filiale de GDF Suez, afin qu'elle puisse construire son futur gazoduc Eridan en vallée du Rhône. Cette canalisation de gaz doit être mise en service à la fin de l'année 2016.


La construction du gazoduc Eridan dans la vallée du Rhône autorisée

Partie 1 Un nouveau gazoduc dans la vallée du Rhône

La canalisation de transport de gaz Eridan entre Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avit (Drôme) qui sera construite puis exploitée par la société GRTgaz qui gère le réseau français de gazoducs, a fait l'objet d'une autorisation. Celle-ci fait suite à l'arrêté en date du lundi 5 janvier du ministère de l'Ecologie et paru au Journal officiel vendredi 17 janvier.


Le gazoduc de 220 km de long traverse 59 communes


Ce gazoduc a franchi plusieurs étapes avant de recevoir le feu vert gouvernemental. En octobre dernier, il avait été déclaré d'utilité publique. Il doit relier la station de compression de Saint-Martin-de-Crau à celle de Saint-Avit. Long de 220 km, il traversera 59 communes et cinq départements : Ardèche, Bouches-du-Rhône, Drôme, Gard et Vaucluse.


Un projet de 500 millions d'euros


Ce projet d'un coût évalué à 500 millions d'euros vise, selon GRTgaz, "à développer les capacités de transport de gaz naturel dans le Sud-Est de la France, sur axe sud-nord". Ce projet doit encore passer sous les fourches caudines d'une autorisation de défrichement à l'issue d'une enquête publique et d'une autorisation de dérogation aux titres des espèces protégées, comme l'indique l'arrêté ministériel.


Six communes gardoises directement impactées par la canalisation


Dans la partie gardoise de la vallée du Rhône, six communes sont directement impactées par cette canalisation de gaz : Aramon, Théziers, Saint-Hilaire-d'Ozilhan, Saint-Laurent-des-Arbres, Laudun-l'Ardoise et Saint-Etienne-des-Sorts. Toutefois, elles sont plus nombreuses à être concernées par les effets de ce gazoduc qui sera enterré, même si elles sont situées hors de son tracé. Rien que dans le Gard rhodanien, il convient d'ajouter Domazan,  Estézargues, Rochefort-du-Gard, Tavel, Saint-Victor-la-Coste, Saint-Geniès-de-Comolas, Vallabrègues, Lirac et Venejan.


Le syndicat des côtes-du-Rhône s'était opposé au tracé


Ce tracé n'a guère été goûté par le syndicat des côtes-du-rhône. En avril dernier, son président,  Philippe Pellaton, était monté au créneau pour pour que le gazoduc ne passe pas sur des terres classées en appellation côtes-du-rhône village. Lors de l'enquête publique, il avait émis un avis en ce sens. Son objectif était de faire dévier le tracé qui traversait le plateau de Costebelle à Signargues sur la commune d'Estézargues. Il avait reçu le soutien du ministère de l'Agriculture et l'appui de l'institut national de l'origine et la qualité (Inao).


Saint-Etienne-des-Sorts a dû modifier son PLU


Le tracé avait aussi inquiété la commune de Saint-Etienne-des-Sorts car il ,'était pas compatible avec son Plan local d'urbanisme (Plu). Ainsi, il a  fallu modifier une zone agricole (Ai) soumise à une condition particulière : l'inondabilité du lieu. Outre les ouvrages destinés à la lutte contre les inondations, a été ajoutée l'édification d'ouvrages techniques nécessaires au fonctionnement des réseaux et pour la sécurité publique.


Des zones naturelles devenues compatibles pour l'édification d'ouvrages


Modification encore pour une zone naturelle (N) et une autre inondable, correspondant au champ d'expansion des crues (Ni). Pour ces deux dernières zones outre l'admission de construction pour la réduction des nuisances liées au passage de la voie ferrée et des équipements publics d'infrastructures, déjà notée, l'ajout a aussi concerné  l'édification d'ouvrages techniques  nécessaires au fonctionnement des réseaux et pour la sécurité publique.


Le projet de parc photovoltaïque, sur la rive gauche, pris en compte


Sans oublier la prise en compte que la zone naturelle inondable est aussi dévolue à un projet d'implantation d'un parc photovoltaIîque dans l'enclave vauclusienne de Saint-Etienne-des-Sorts, soit sur la rive gauche du Rhône.


Source : www.midilibre.fr


remonter Remonter