Gaz

la Vie des Réseaux  > Gaz > Protection des canalisations enterrées : la plaque OVERPIPE

Protection des canalisations enterrées : la plaque OVERPIPE

Le 24 février 2010

envoyer imprimer

Ingénieur INSA LYON, Yannick JOUBEAUX dirige une entreprise de Travaux Publics près d’Aix en Provence, spécialisée dans les chantiers de canalisations, notamment de gaz haute pression.

C’est ainsi qu’il a développé dans le Sud-Est le terrassement par aspiration, qui permet d’éviter, dans de nombreuses situations délicates, le terrassement mécanique, long et dangereux.

Dès 2005, il réfléchit à de nouveaux procédés pour assurer la protection mécanique des canalisations enterrées.

La publication, le 4 août 2006, d’un arrêté établissant un « Nouveau Règlement de Sécurité » régissant le transport par canalisation du gaz, des hydrocarbures et des produits chimiques, définissait le cadre dans lequel allaient s’inscrire la poursuite de ses recherches.


Protection des canalisations enterrées : la plaque OVERPIPE

Partie 1 La problématique
Partie 2 La solution actuelle : la dalle béton
Partie 3 L'innovation OVERPIPE
Partie 4 De l'idée à la production en série...
Partie 5 La vocation de l'OVERPIPE : la sécurité
Partie 6 L'exclusivité OVERPIPE : le fruit de l'expérience

Les études montrent, dans tous les pays où elles ont été réalisées, que la première cause des accidents sur les canalisations aux conséquences qui peuvent être dramatiques, provient de « travaux tiers », c'est-à-dire d’un chantier réalisé à proximité d’une canalisation existante, insuffisamment repérée ou mal protégée.



Les pouvoirs publics ont établi une réglementation pour prévenir ces deux risques :


- D’une part en exigeant des entrepreneurs une «DICT » (déclaration d’intention de commencement de travaux » , qui doit permettre une information suffisante sur la présence de tous les réseaux enterrés.


- D’autre part en imposant un renforcement de la protection des ouvrages selon leur emplacement géographique (zone urbaine, périurbaine ou rurale), ainsi que l’amplification des inspections des canalisations.


Les délais pour répondre aux exigences de cet arrêté s’échelonnent entre 3 et 12 ans.


remonter Remonter