Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Avec la BEI, l’argent est (presque) free pour Iliad

Avec la BEI, l’argent est (presque) free pour Iliad

Le 06 mars 2017


envoyer imprimer

Le 2 mars 2017, au siège du Groupe Iliad à Paris, Xavier Niel, fondateur du Groupe Iliad et Ambroise Fayolle, Vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) qui est la Banque de l’Union européenne, ont annoncé la mise en place d’un financement de 200 millions d’euros pour le déploiement des réseaux Très Haut Débit Fixe (FTTH) en France. Ce nouveau financement porte à 550 millions d’euros le total des investissements réalisés par la BEI depuis 2009, en appui à la stratégie de développement et d’innovation du Groupe Iliad en France.




Européen par excellence, le financement bénéficie également du soutien du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) - élément central du Plan d’investissement pour l’Europe, appelé plus communément Plan Juncker - avec à la clef pour le Groupe Iliad, l’octroi de conditions financières particulièrement attractives, adaptées au secteur et à la nature de l’investissement.


Le vice-président de la Commission européenne pour l’emploi, la croissance, l’investissement et la compétitivité, M. Jyrki Katainen, a déclaré: « Le Plan d’Investissement contribue à poser les bases d’une augmentation de la productivité et de la croissance en France et en Europe. Notre stratégie numérique reconnaît que l'Europe a besoin d'accès internet ultra-rapide disponible partout à des prix compétitifs. Cet accord démontre à quel point l’EFSI participe à réaliser nos objectifs stratégiques plus vastes en octroyant à neuf millions de ménages le bénéfice d'un accès internet amélioré ».


D’un montant de 200 millions d’euros, le financement de la BEI a pour objectif de soutenir le déploiement du réseau fibre optique reposant sur la technologie d’accès FTTH (Fiber To The Home ou fibre jusqu’à l’abonné) sur l’ensemble du territoire français jusqu’en 2018. A horizon fin 2018, ce sont 9 millions de foyers raccordables qui pourront bénéficier du FTTH à travers des offres Free, à la fois dans les Zones Très Denses (ZTD) et dans les Zones Moyennement Denses (ZMD). En plus de la qualité de l’offre, le projet aura des répercussions économiques très positives sur les territoires, notamment en termes de productivité et de création d’emploi.


« L’accès de tous au Très Haut Débit est une priorité pour la Banque de l’Union européenne. C’est pourquoi nous sommes très heureux d’annoncer aujourd’hui ce nouveau financement dans le cadre du plan Juncker, scellant un partenariat de grande qualité avec le Groupe Iliad » a souligné le Vice-Président Ambroise Fayolle, à l’occasion de cette annonce. « Avec la montée en puissance du Plan Juncker en France, nous renforçons notre soutien à l’innovation et à la compétitivité au cœur des territoires. Nous créons de nouvelles opportunités de formation et d’emploi pour les jeunes générations. Ce sont ainsi 58 projets d’investissement qui ont été approuvés en France depuis le début de ce plan européen, qui devraient générer 21,9 milliards d’investissements supplémentaires


« Cet accord de financement s’inscrit dans la continuité du partenariat historique entre Iliad et la BEI et va permettre d’accompagner le Groupe dans le déploiement de son réseau FTTH sur le territoire pour apporter toujours plus de concurrence et d’innovation aux consommateurs. » s’est félicité Xavier Niel, fondateur du Groupe Iliad et actionnaire majoritaire du Groupe.


Ce financement s’inscrit pleinement dans la stratégie 2020 de l’Union européenne et de l’agenda numérique pour l’Europe axé sur le déploiement de l'internet à haut débit. Un des objectifs clefs de cette stratégie est que tous les citoyens européens bénéficient d’ici 2020 d’un accès au haut débit à 30 Mbps, avec l’assurance également que 50% des foyers européens disposent d’abonnements offrant un débit supérieur à 100 Mbps.


Source : www.iliad.fr



Thèmes : autre telecom
remonter Remonter