Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Engie met en garde contre des choix "néfastes"

Engie met en garde contre des choix "néfastes"

Le 10 octobre 2018


envoyer imprimer

Revenant sur la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) en cours d'élaboration par le gouvernement, le Directeur général adjoint d'Engie chargé notamment des réseaux gaziers, Didier Holleaux, a estimé que les scénarios qui circulent aujourd'hui sont "tout électrique", "tout nucléaire" ou "à très forte proportion de nucléaire".




"Si on part sur des scénarios à 2050 qui sont aussi extrémistes, on risque de prendre à court terme sur la PPE des décisions qui sont néfastes", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.


Le dirigeant souhaite "un engagement clair des pouvoirs publics" à travers des tarifs de rachat ou des appels d'offres dédiés au gaz vert - du biométhane produit par des déchets, notamment agricole - et estime que l'objectif de 10% en 2030, avec des baisses de coûts proches de 40%, nécessiterait un soutien public plafonné à 1,5 milliard d'euros par an.


"Nous avons le sentiment que le débat est entièrement confisqué par les pro et les antinucléaires", a également déclaré Didier Holleaux, pour qui les questions d'efficacité énergétique, de pointes de consommation - qui sollicitent des centrales à charbon ou à gaz - ou de développement de réseaux de froid ne sont pas assez abordées.


Le gouvernement doit présenter fin octobre les grandes lignes de la PPE pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028, un texte qui déclinera ses objectifs par filières et devra notamment préciser l'avenir des centrales nucléaires d'EDF en s'inscrivant dans une stratégie "bas carbone" de la France à l'horizon de 2050.


"Nous sommes insuffisamment associés à l'élaboration de la PPE, comme nous avons été insuffisamment associés à l'élaboration de la stratégie nationale bas carbone", a estimé Didier Holleaux.


Source : http://www.lefigaro.fr avec l'AFP




Thèmes : electricite
remonter Remonter