Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > L'allemand EnBW rachète un groupe éolien en faillite

L'allemand EnBW rachète un groupe éolien en faillite

Le 01 juin 2015


envoyer imprimer

EnBW, numéro trois allemand de l'énergie, a indiqué vendredi être prêt à mettre 550 millions d'euros sur la table pour racheter Prokon, opérateur de champs d'éoliennes dont la faillite avait fait grand bruit en Allemagne.




EnBW, condamné comme les autres grands énergéticiens allemands à se réinventer pour composer avec la transition énergétique, avait émergé ces dernières semaines comme un candidat au rachat de Prokon. Lors d'une conférence téléphonique vendredi, son directeur financier Thomas Kusterer a dévoilé le montant de l'offre, 550 millions d'euros.


Ce sont maintenant les créanciers de Prokon qui, lors d'une assemblée à Hambourg (nord) le 2 juillet, vont devoir se prononcer sur l'avenir du groupe. L'alternative au rachat par EnBW est la transformation en coopérative, qui supposerait que les détenteurs de certificats d'investissement de la société acceptent de continuer à la financer.


Créé au milieu des années 1990, Prokon avait la particularité d'avoir été financé par des milliers de petits investisseurs privés, quelque 75.000 au total, alléchés par un investissement présenté comme éthique et générateur d'intérêts très élevés, de 6% à 8%. Le dépôt de bilan en janvier 2014 avait fait beaucoup de bruit, et a même conduit Berlin à légiférer pour une meilleure protection des investisseurs dans ce type de cas.


Pour EnBW, dont EDF a longtemps été actionnaire et qui appartient maintenant à l'Etat régional du Bade-Wurtemberg (sud) et à un groupe de communes de la région, mettre la main sur Prokon et sa cinquantaine de parcs éoliens en Allemagne et en Pologne serait un moyen prometteur de développer l'éolien en Allemagne, a déclaré M. Kusterer.


Comme ses grands concurrents EON et RWE, EnBW, qui opère plusieurs centrales nucléaires et des réacteurs au charbon et au gaz, subit de plein fouet la concurrence des renouvelables subventionnés, a vu ses comptes virer au rouge ces dernières années et peine à se réinventer.



Thèmes : electricite
remonter Remonter