Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > LGV Bretagne : Paris-Brest en 3h13 dès juillet 2017

LGV Bretagne : Paris-Brest en 3h13 dès juillet 2017

Le 15 février 2017


envoyer imprimer

Les travaux de la ligne à grande vitesse (LGV) qui relie Paris à la Bretagne sont finis depuis novembre. Après une série de tests, les voyageurs pourront commencer à l'emprunter l'été prochain. 15 000 à 30 000 voyageurs par jour sont attendus sur cette LGV qui reliera la capitale à Rennes en 1h27 et Brest en 3h13. Avec pour la SNCF l'ambition de résister à la concurrence toujours plus compétitive.




3,4 milliards d'euros de travaux


182 kilomètres de voies nouvelles et des dizaines d'ouvrages d'art (pour éviter routes et rivières) ont été construits pour la mise en service de cette LGV. Le montant est de 3,4 milliards d'euros a annoncé le groupe de travaux publics Eiffage, en charge du chantier. Un tiers des travaux a été pris en charge par l'Etat, un tiers par les collectivités territoriales (majoritairement la Région Bretagne) et un tiers par SNCF Réseau.


Inaugurée en mai 2017, cette nouvelle ligne à grande vitesse sera ouverte au public le 2 juillet 2017 pour le début des vacances d'été.
Les essais ont commencé fin novembre avec des trains lancés à 80 km/h avant de passer à la vitesse supérieure. La rame a circulé de plus en plus vite jusqu'à sa vitesse d'exploitation, 320 km/h, plus 10%, soit 352 km/h a précisé Eiffage. Les tests ayant été convaincants, la SNCF a dévoilé, mardi 27 décembre, les horaires des lignes de l'été et de l'automne 2017, pour une "semaine type".


50 mn de gain de temps moyen


Les temps de trajet vont donc être considérablement réduits, de 30 à 52 minutes selon le nombre d'arrêts. Chaque jour sont prévus sur Paris-Brest par exemple :

  • trois allers-retours avec, après Rennes, un seul arrêt à Saint-Brieuc
  • quatre allers-retours avec trois arrêts (plus Guingamp et Morlaix)
  • trois allers-retours avec quatre à six arrêts (plus Lamballe, Plouaret et Landerneau)


Le Paris-Quimper fonctionnera sur le même principe.
Les trains les plus rapides (dits "drapeaux") partiront le vendredi soir et fileront vers Brest en 3h13 et Quimper en 3h16. Ils ne marqueront pas l'arrêt à Rennes.
Avec Lille, Rennes devient donc l'une des métropoles les plus proches (en temps) de la capitale. 20 TGV feront la liaison quotidiennement jusqu'à la gare Montparnasse (et 10 de plus vers le reste de l'Ile-de-France). Onze feront le trajet direct jusqu'à Paris en 1h27.

Sécurité ponctualité rentabilité



Si les enjeux économiques sont importants pour la Bretagne, ils ne le sont pas moins pour la compagnie ferroviaire. De plus en plus concurrencée par l'avion low cost, les autocars et le co-voiturage, la SNCF mise gros sur cette nouvelle LGV. De nombreuses mesures ont donc été prises pour assurer la fiabilité des trains et surtout leur ponctualité. Des grilles hautes de 2,5 m ont notamment été installées de part et d'autre des nouvelles voies pour éviter les intrusions d'animaux, sources d'accidents. Des souterrains leur ont été aménagés.
Par ailleurs, un train "balai" circulera tous les matins avant le premier TGV avec passagers. Des balises situées sur la voie, permettent aux trains de communiquer et de faire connaitre leur situation et leurs éventuelles difficultés. Ceci afin de réagir le plus rapidement possible, les TGV ayant besoin de 2 à 2,5 km pour s'arrêter.
Trucs et astuces
15 000 à 30 000 voyageurs par jour sont attendus sur cette ligne, à raison de 458 à 509 places par rame. Certains TGV circuleront avec deux rames offrant ainsi une capacité d'accueil de 916 à 1268 places pour les Ouigo au départ de Rennes.
280 conducteurs et 310 contrôleurs seront mobilisés.


Source : www.boursorama.com avec pratique.fr




Thèmes : autre
remonter Remonter