Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Total signe un accord avec Novatek

Total signe un accord avec Novatek

Le 06 mars 2019


envoyer imprimer

Le groupe français a annoncé mardi avoir signé un accord « définitif » dans le projet géant du russe Novatek, estimé à plus de 20 milliards de dollars.




Le groupe français Total a signé l’accord « définitif »  lui octroyant une prise de participation de 10 % dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) du russe Novatek, Arctic LNG 2, estimé à plus de 20 milliards de dollars, ont fait savoir les deux sociétés, mardi 5 mars, dans des communiqués.


« La transaction sera finalisée d’ici à la fin du premier trimestre »,  a assuré Novatek, alors que la presse russe s’était récemment inquiétée de possibles contretemps affectant cet accord annoncé en mai. Le quotidien Kommersant  avait indiqué fin février que les autorités de la concurrence, au lieu d’approuver directement la transaction, l’avaient renvoyée devant le comité gouvernemental des investissements étrangers.


« Compte tenu du fait que Total détient 19,4 % du capital de Novatek et de la volonté de Novatek de conserver 60 % du projet, l’intérêt économique global du groupe dans ce nouveau projet  [de gaz naturel liquéfié] s’élèvera à environ 21,6 %,  a précisé Total. Au cas où Novatek déciderait d’abaisser sa participation en dessous de 60 %, Total aurait la possibilité d’augmenter sa participation directe jusqu’à 15 %. »


19,8 millions de tonnes par an


Total a déjà été associé à un autre mégaprojet de gaz naturel liquéfié avec Novatek, Yamal LNG, qui a démarré la production de gaz en décembre 2017 dans l’Arctique russe. « Les deux groupes sont également convenus que Total aurait la possibilité d’acquérir une participation directe de 10 % à 15 % dans tous les futurs projets GNL de Novatek, situés sur les péninsules de Yamal et de Gydan »,  a souligné Total.


Arctic LNG 2 est situé sur la péninsule de Gydan, dans le nord de la Sibérie, à une trentaine de kilomètres de Yamal LNG. Il est prévu que le projet atteigne une capacité de production de 19,8 millions de tonnes par an, soit 535 000 barils équivalent pétrole par jour, en puisant dans plus de 7 milliards de barils équivalent pétrole de ressources d’hydrocarbures du gisement onshore de gaz à condensats d’Utrenneïé.


Novatek a assuré mardi que le projet avait déjà réalisé « des progrès significatifs »  ayant permis de « confirmer les estimations préliminaires de coût entre 20 et 21 milliards de dollars » . Selon Total, la décision finale d’investissement « est attendue dans la deuxième moitié de 2019 »  pour un démarrage espéré en 2023.


Source : www.lemonde.fr




Thèmes : gaz
remonter Remonter